ĀSHRAMA DÉFINITION

NORMES PHILOSOPHIQUES ET TECHNIQUES DANS LESQUELLES UN ĀSHRAMA DOIT S'ENCADRER

 

       1. CE QU’EST UN ĀSHRAMA – Ās – DÉFINITION ;
2. LA PRATIQUE PHILOSOPHIQUE – CE QUI SE PRATIQUE DANS UN ĀSHRAMA ;

       a. PRATIQUES INTERNES ;
       b. PRATIQUES EXTERNES
       c. EXTENSION DE L’ĀSHRAMA À TOUTE LA SOCIÉTÉ ET À LA PLANÈTE

3. IDÉAUX ET VIBRATION DE L’ĀSHRAMA ;
4. CONDITIONS QU’UN ĀSHRAMA DOIT PRÉSENTER
5. RECOMMANDATIONS PRINCIPALES POUR LA PRATIQUE PHILOSOPHIQUE DU YOGA ;
6. MACRO CLASSIFICATIONS DES ĀSHRAMA – Ās ;
7. CE QU’UN ĀSHRAMA N’EST PAS – NI NE DEVRA ÊTRE.


1. CE QU’EST UN ĀSHRAMA – Ās – DÉFINITION

L’ĀSHRAMA EST UN TEMPLE de la Lumière Philosophique, de Développement intérieur, de l’Énergie Cosmique, de la Paix et de l’Amour – avec des reflets extérieurs, personnels, collectifs et Fraternels. C’est aussi la Maison du Grand Maître (ou Premier Maître) – le Sat Guru.

Le Profond Développement Intérieur est permis par la Trimurti :

       1. Connaissance de la Lumière Philosophique de la Tradition Primordiale (dans le cas du Yoga Sāmkhya) ;
2. Lieu de pratique (l’Āshrama), du Développement Méditatif et de l’Illumination Intellective – le But Ultime, par la pratique ou Parcours Philosophique (le Sādhanā) ; et
3. L’existence d’un Véritable Grand Maître (Illuminé), qui s’insère dans la Chaîne des Grands Maître Intemporels, serviteur de la Tradition du Développement de l’Humanité, du Yoga et du Sāmkhya.


2. LA PRATIQUE – CE QUI SE PRATIQUE DANS UN ĀSHRAMA

2.a. PRATIQUES INTERNES
La raison d’être de l’Āshrama doit être la pratique de la Suprême Sagesse, l’Illumination Intellective (Buddhi) – le Samādhi. Cette Auto Perfection (la montée de l’Escalier des Anges), est permise par : la pratique de la Véritable MéditationDhyāna / Samyama, par la Concentration Continue – Dharanā et par les Abstractions du Mental et des Sens – Pratyāhāra (la Méditation se fait en position assise) ; les Exercices Respiratoires – Prānāyāma – qui augmente exponentiellement le contrôle de l’Énergie disponible – le Prāna (ions négatifs d’oxygène et photons) et de la perception, jusqu’à la maîtrise de certaines fonctions neurovégétatives (le Prānāyāma se fait également en position assise) ; la profonde Relaxation - Yoganidrā – qui combat mortel stress, l’angoisse et les états d’hypertension motivés par une compétition insensée et anti-fraternelle, par la néfastre pollution à tous les niveaux – ménageant en échange un sommeil nocturne de haute qualité et un renforcement du Système Immunitaire (le Yoganidrā se fait en position allongée) ; la force des beaux Cantiques – Kīrtana / Mantra – en Samskrta (ou Sanskrit) / Devanāgarī (faits assis) ; la Concentration Sonores sur les puissants sons – Jāpa Tala  - cadencés (faits assis) ; les féériques  Sons Élévateurs – Jāpa Shesha – continus (faits assis) ; l’Introspection et Analyse en Groupe – Sat Sanga (assis, normalement en cercle) ; le Pouvoir des YantraSymboles Complexes d’interaction Cosmos / Individu, d’influence psychologique profonde (assis ou en équilibre stable) ; les Mudrā – Gestes faits avec les mains – éveillant d’importantes zones du cerveau normalement endormies ; les Bandha – dynamisations musculaires (sphincters et pas seulement) éveillant la Super Énergie – le mythique Pouvoir de la Kundalinī – Énergie Résiduelle de l’ADN qui permet d’atteindre la Dimension Cosmique de l’Être Humain (le libérant de la condition rampante – post animale) (faits assis) ; les vœux de Gratitude, de Reconnaissance et de Courtoisie – Pūjā aux Ancêtres Grands Maîtres de la Sagesse qui confère la Véritable et Importante Connaissance au Néophyte pratiquant – Chela / Shishya et établit un Subtile Pont d’Inspiration Positive Continue, éveillant les Pouvoirs – Siddhi – perfections (faits assis) ; et Mānasika – mentalisations Universelles intenses, par l’Élévation et Évolution de la Race Humain (normalement assis). Ce sont les activités et pratiques internes d’Illumination intérieure du pratiquant à l’Āshrama, lesquelles doivent avoir un reflet Extérieur grâce aux

2.b. PRATIQUES EXTERNES
Les Kriyā – Exercices de désintoxication et de Nettoyage des muqueuses et des organes (normalement assis ou accroupis) ; les Āsana  - étirements à froid, assouplissment et équilibre – par la sensibilité au contrôle de la première Force Universelle, la pesanteur ; le Karma en Yoga – le service de Volontariat Total qui doit être exercé à l’Āshrama, le travail pour une Véritable Cause Universelle, Noble et transparente et grâce à :


2.c. EXTENSION DE L’ĀSHRAMA À TOUTE LA SOCIÉTÉ ET LA PLANÈTE
Le Parcour – la Voie, doit toujours être en syntonie avec la Philosophie du Yoga et avec son But Grandiose – le Samādhi qui illumine. Ainsi, le comportement du Shishya / Chela – Pratiquant Philosophe à temps complet – doit s’étendre de l’Āshrama à toute son aire d’influence – à ses amis, sa famille, ses collègues de travail, subalternes, chefs, autorités, connaissances et principalement aux enfants, aux femmes et personnes âgées, aux animaux, aux plantes, forêts, à l’eau, l’air, la terre, aux écosystèmes et au respect pour la Planète Terre, le Soleil – qui dispense l’Énergie proche, la Galaxie et le tout Cosmique.


3. IDÉAUX ET VIBRATION DE L’ĀSHRAMA

Dans un Āshrama, le développement doit se faire sur toutes les facettes positives, en partageant de façon permanente le meilleur de soi-même. Ce sont là des facteurs essentiels à la correcte construction de l’ambiance dans un Āshrama et au Développement Total du Pratiquant. Parmi les principes subtiles à prendre en compte, les Yama / Niyama qui sont la base du Yoga, nous signalerons notamment : Svādhyaya – Connais-toi, juge-toi toi-même et pas les autres, partage le meilleur de de toi-même, exige de toi-même et tolère les autres en observant leurs vertus et pas leurs défauts, en promouvant : Ahimsā – la Paix intérieure, extérieure et mondiale ; en stimulant Aparigraha – le combat contre la convoitise et l’égo démesuré et Īshvara Pranidhāna – le combat contre la cupidité, en promouvant le Volontariat, le Service et la Fraternité active et en développant et utilisant la Super Énergie Kundalinī – la seule qui permette d’atteindre le Suprême Samādhi (Nirbīja) – Illumination Consolidée, toujours avec Shaucha – la plus grande Pureté ; et le culte d’une Luminosité Silencieuse qui permettra d’entendre l’Harmonie de la Subtile Musique Intérieure inspiratrice, Élévatrice et Contagiante, avec le cœur rempli d’Amour et le yeux pleins de Lumière.


4. CONDITIONS PHYSIQUES QU’UN ĀSHRAMA DOIT PRÉSENTER

Pour obtenir les résultats exponentiels que seule la pratique du Yoga Traditionnel permet, nous avons besoin de : une salle de pratique principale pour adultes – avec une hauteur de plafond peu élevée – créant une ambiance intimiste, propice à l’introspection et au développement méditatif intérieur – on recommande 2,30m à 2,50 mètres de hauteur (le plafond devant être artificiellement rabaissé en cas de nécessité), car l’immense majorité des exercices (et activités) les plus importants se font en position assise par terre – sol en mousse rigide de 2 à 3 cm d’épaisseur ; si possible, une petite salle de pratique pour les enfants, avec une hauteur de plafond de préférence moindre – on recommande 2,00 à 2,10m, avec plafond artificiellement rabaissé, pour donner aux enfants un espace à leur échelle, les faisant se sentir mieux intégrés, les aidant dans leur développement. La salle doit être décorée de motifs infantiles et juvéniles de la magie initiatique de l’inconscient collectif Indien et aussi Européen et Mondial – histoires classiques, positives, formatrices et inspiratrices, préparatrices des nouveaux Être de l’Ère du Verseau – Satya Yuga – Ère de la Lumière et de la Sagesse – Être pleinement Développés, éduqués, Fraternels et sans égoïsme ; une Réception accueillante et allègre ; des vestiaires pour les Femmes et pour les Hommes ; des sanitaires pour les Femmes et pour les Hommes ; si possible un cabinet pour le directeur de l’Āshrama – Ās Director ; une petite remise et des armoires. L’Āshrama doit être bien aéré, par les fenêtres ou bien par une ventilation adaptée (pranifiée), plein d’Énergie – Prāna, Lumière, Amour et Bonne Vibration Fraternelle ; avoir une Équipe de Professeurs de Yoga unie et amie (comme une véritable famille), ayant une solide formation technique et philosophique, qui fréquente des actions de formation de Yoga et d’actualisation de qualité et avec assiduité et dont tous sont affiliés à une Institution de Yoga Crédible.


5. RECOMMANDATIONS PRINCIPALES POUR LA PRATIQUE PHILOSOPHIQUE DU YOGA

ATTENTION :
Il est recommandé de ne pas prendre de bain ou de douche après un cours de Yoga – seulement deux heures après, au minimum – pour que toute la Formidable Énergie dynamisée puisse être totalement assimilée ; ni prendre de bain ou de douche moins d’une heure avant le cours ou la pratique. On ne doit pas manger moins de trois heures avant le cours ou la pratique – repas normal – ou deux heures – nourriture légère. On pratique les pieds nus ou avec des chaussettes. Le pratiquant néophyte – Chela / Shishya doit, dès le premier cours, être orienté vers le profond plongeon intérieur dans son propre microcosme (ce qui est en bas et comme ce qui est en haut), insistant sur la constante maîtrise de l’attention sur tous les phénomènes physiques et subtiles qu’il doit y trouver et le familiariser avec le Véritable Parcours pour découvrir les Authentiques Trésors Intérieurs jusqu’à la si recherchée Essence Très Subtile de la Vie qui Anime Tout. Ainsi, le Pratiquant du Yoga est celui qui se connaît le mieux et est le seul responsable de la sobriété de sa pratique, de sa Santé et de son bien être, devant compter constamment sur son Professeur direct et solliciter immédiatement une orientation extra quand il en a besoin.

Le Yoga n’est pas seulement Prophylactique – il Promeut la Santé et le Bien-être et Exponentie le Développement Personnel et l’Intégration totale


6. MACRO CLASSIFICATION DES ĀSHRAMA – Ās

Il existe deux types d’Āshrama :
Type 1 : Shesha Āshrama – avec habitation ;
Type 2 : Samādhi Āshrama – sans habitation.
 


7. CE QU’UN ĀSHRAMA N’EST PAS – NI NE DEVRA ÊTRE

Ce n’est pas gymnase, pas un lieu de divination, ni une salle de musculation équipée d’appareils mécaniques, sans âme, sans proportion humaine (et même si l’on y annonce des maîtres magiques, de fait, les véritables Maîtres n’entrent jamais dans ces lieux, fréquentant exclusivement les Āshrama). Enfin, ce n’est pas non plus un lieu où l’on écoute des musiques assourdissantes et déséquilibrantes.

SAMĀDHI QUI ILLUMINE

ĀSHRAMA DÉFINITION

NORMES PHILOSOPHIQUES ET TECHNIQUES DANS LESQUELLES UN ĀSHRAMA DOIT S'ENCADRER

 

       1. CE QU’EST UN ĀSHRAMA – Ās – DÉFINITION ;
2. LA PRATIQUE PHILOSOPHIQUE – CE QUI SE PRATIQUE DANS UN ĀSHRAMA ;

       a. PRATIQUES INTERNES ;
       b. PRATIQUES EXTERNES
       c. EXTENSION DE L’ĀSHRAMA À TOUTE LA SOCIÉTÉ ET À LA PLANÈTE

3. IDÉAUX ET VIBRATION DE L’ĀSHRAMA ;
4. CONDITIONS QU’UN ĀSHRAMA DOIT PRÉSENTER
5. RECOMMANDATIONS PRINCIPALES POUR LA PRATIQUE PHILOSOPHIQUE DU YOGA ;
6. MACRO CLASSIFICATIONS DES ĀSHRAMA – Ās ;
7. CE QU’UN ĀSHRAMA N’EST PAS – NI NE DEVRA ÊTRE.


1. CE QU’EST UN ĀSHRAMA – Ās – DÉFINITION

L’ĀSHRAMA EST UN TEMPLE de la Lumière Philosophique, de Développement intérieur, de l’Énergie Cosmique, de la Paix et de l’Amour – avec des reflets extérieurs, personnels, collectifs et Fraternels. C’est aussi la Maison du Grand Maître (ou Premier Maître) – le Sat Guru.

Le Profond Développement Intérieur est permis par la Trimurti :

       1. Connaissance de la Lumière Philosophique de la Tradition Primordiale (dans le cas du Yoga Sāmkhya) ;
2. Lieu de pratique (l’Āshrama), du Développement Méditatif et de l’Illumination Intellective – le But Ultime, par la pratique ou Parcours Philosophique (le Sādhanā) ; et
3. L’existence d’un Véritable Grand Maître (Illuminé), qui s’insère dans la Chaîne des Grands Maître Intemporels, serviteur de la Tradition du Développement de l’Humanité, du Yoga et du Sāmkhya.


2. LA PRATIQUE – CE QUI SE PRATIQUE DANS UN ĀSHRAMA

2.a. PRATIQUES INTERNES
La raison d’être de l’Āshrama doit être la pratique de la Suprême Sagesse, l’Illumination Intellective (Buddhi) – le Samādhi. Cette Auto Perfection (la montée de l’Escalier des Anges), est permise par : la pratique de la Véritable MéditationDhyāna / Samyama, par la Concentration Continue – Dharanā et par les Abstractions du Mental et des Sens – Pratyāhāra (la Méditation se fait en position assise) ; les Exercices Respiratoires – Prānāyāma – qui augmente exponentiellement le contrôle de l’Énergie disponible – le Prāna (ions négatifs d’oxygène et photons) et de la perception, jusqu’à la maîtrise de certaines fonctions neurovégétatives (le Prānāyāma se fait également en position assise) ; la profonde Relaxation - Yoganidrā – qui combat mortel stress, l’angoisse et les états d’hypertension motivés par une compétition insensée et anti-fraternelle, par la néfastre pollution à tous les niveaux – ménageant en échange un sommeil nocturne de haute qualité et un renforcement du Système Immunitaire (le Yoganidrā se fait en position allongée) ; la force des beaux Cantiques – Kīrtana / Mantra – en Samskrta (ou Sanskrit) / Devanāgarī (faits assis) ; la Concentration Sonores sur les puissants sons – Jāpa Tala  - cadencés (faits assis) ; les féériques  Sons Élévateurs – Jāpa Shesha – continus (faits assis) ; l’Introspection et Analyse en Groupe – Sat Sanga (assis, normalement en cercle) ; le Pouvoir des YantraSymboles Complexes d’interaction Cosmos / Individu, d’influence psychologique profonde (assis ou en équilibre stable) ; les Mudrā – Gestes faits avec les mains – éveillant d’importantes zones du cerveau normalement endormies ; les Bandha – dynamisations musculaires (sphincters et pas seulement) éveillant la Super Énergie – le mythique Pouvoir de la Kundalinī – Énergie Résiduelle de l’ADN qui permet d’atteindre la Dimension Cosmique de l’Être Humain (le libérant de la condition rampante – post animale) (faits assis) ; les vœux de Gratitude, de Reconnaissance et de Courtoisie – Pūjā aux Ancêtres Grands Maîtres de la Sagesse qui confère la Véritable et Importante Connaissance au Néophyte pratiquant – Chela / Shishya et établit un Subtile Pont d’Inspiration Positive Continue, éveillant les Pouvoirs – Siddhi – perfections (faits assis) ; et Mānasika – mentalisations Universelles intenses, par l’Élévation et Évolution de la Race Humain (normalement assis). Ce sont les activités et pratiques internes d’Illumination intérieure du pratiquant à l’Āshrama, lesquelles doivent avoir un reflet Extérieur grâce aux

2.b. PRATIQUES EXTERNES
Les Kriyā – Exercices de désintoxication et de Nettoyage des muqueuses et des organes (normalement assis ou accroupis) ; les Āsana  - étirements à froid, assouplissment et équilibre – par la sensibilité au contrôle de la première Force Universelle, la pesanteur ; le Karma en Yoga – le service de Volontariat Total qui doit être exercé à l’Āshrama, le travail pour une Véritable Cause Universelle, Noble et transparente et grâce à :


2.c. EXTENSION DE L’ĀSHRAMA À TOUTE LA SOCIÉTÉ ET LA PLANÈTE
Le Parcour – la Voie, doit toujours être en syntonie avec la Philosophie du Yoga et avec son But Grandiose – le Samādhi qui illumine. Ainsi, le comportement du Shishya / Chela – Pratiquant Philosophe à temps complet – doit s’étendre de l’Āshrama à toute son aire d’influence – à ses amis, sa famille, ses collègues de travail, subalternes, chefs, autorités, connaissances et principalement aux enfants, aux femmes et personnes âgées, aux animaux, aux plantes, forêts, à l’eau, l’air, la terre, aux écosystèmes et au respect pour la Planète Terre, le Soleil – qui dispense l’Énergie proche, la Galaxie et le tout Cosmique.


3. IDÉAUX ET VIBRATION DE L’ĀSHRAMA

Dans un Āshrama, le développement doit se faire sur toutes les facettes positives, en partageant de façon permanente le meilleur de soi-même. Ce sont là des facteurs essentiels à la correcte construction de l’ambiance dans un Āshrama et au Développement Total du Pratiquant. Parmi les principes subtiles à prendre en compte, les Yama / Niyama qui sont la base du Yoga, nous signalerons notamment : Svādhyaya – Connais-toi, juge-toi toi-même et pas les autres, partage le meilleur de de toi-même, exige de toi-même et tolère les autres en observant leurs vertus et pas leurs défauts, en promouvant : Ahimsā – la Paix intérieure, extérieure et mondiale ; en stimulant Aparigraha – le combat contre la convoitise et l’égo démesuré et Īshvara Pranidhāna – le combat contre la cupidité, en promouvant le Volontariat, le Service et la Fraternité active et en développant et utilisant la Super Énergie Kundalinī – la seule qui permette d’atteindre le Suprême Samādhi (Nirbīja) – Illumination Consolidée, toujours avec Shaucha – la plus grande Pureté ; et le culte d’une Luminosité Silencieuse qui permettra d’entendre l’Harmonie de la Subtile Musique Intérieure inspiratrice, Élévatrice et Contagiante, avec le cœur rempli d’Amour et le yeux pleins de Lumière.


4. CONDITIONS PHYSIQUES QU’UN ĀSHRAMA DOIT PRÉSENTER

Pour obtenir les résultats exponentiels que seule la pratique du Yoga Traditionnel permet, nous avons besoin de : une salle de pratique principale pour adultes – avec une hauteur de plafond peu élevée – créant une ambiance intimiste, propice à l’introspection et au développement méditatif intérieur – on recommande 2,30m à 2,50 mètres de hauteur (le plafond devant être artificiellement rabaissé en cas de nécessité), car l’immense majorité des exercices (et activités) les plus importants se font en position assise par terre – sol en mousse rigide de 2 à 3 cm d’épaisseur ; si possible, une petite salle de pratique pour les enfants, avec une hauteur de plafond de préférence moindre – on recommande 2,00 à 2,10m, avec plafond artificiellement rabaissé, pour donner aux enfants un espace à leur échelle, les faisant se sentir mieux intégrés, les aidant dans leur développement. La salle doit être décorée de motifs infantiles et juvéniles de la magie initiatique de l’inconscient collectif Indien et aussi Européen et Mondial – histoires classiques, positives, formatrices et inspiratrices, préparatrices des nouveaux Être de l’Ère du Verseau – Satya Yuga – Ère de la Lumière et de la Sagesse – Être pleinement Développés, éduqués, Fraternels et sans égoïsme ; une Réception accueillante et allègre ; des vestiaires pour les Femmes et pour les Hommes ; des sanitaires pour les Femmes et pour les Hommes ; si possible un cabinet pour le directeur de l’Āshrama – Ās Director ; une petite remise et des armoires. L’Āshrama doit être bien aéré, par les fenêtres ou bien par une ventilation adaptée (pranifiée), plein d’Énergie – Prāna, Lumière, Amour et Bonne Vibration Fraternelle ; avoir une Équipe de Professeurs de Yoga unie et amie (comme une véritable famille), ayant une solide formation technique et philosophique, qui fréquente des actions de formation de Yoga et d’actualisation de qualité et avec assiduité et dont tous sont affiliés à une Institution de Yoga Crédible.


5. RECOMMANDATIONS PRINCIPALES POUR LA PRATIQUE PHILOSOPHIQUE DU YOGA

ATTENTION :
Il est recommandé de ne pas prendre de bain ou de douche après un cours de Yoga – seulement deux heures après, au minimum – pour que toute la Formidable Énergie dynamisée puisse être totalement assimilée ; ni prendre de bain ou de douche moins d’une heure avant le cours ou la pratique. On ne doit pas manger moins de trois heures avant le cours ou la pratique – repas normal – ou deux heures – nourriture légère. On pratique les pieds nus ou avec des chaussettes. Le pratiquant néophyte – Chela / Shishya doit, dès le premier cours, être orienté vers le profond plongeon intérieur dans son propre microcosme (ce qui est en bas et comme ce qui est en haut), insistant sur la constante maîtrise de l’attention sur tous les phénomènes physiques et subtiles qu’il doit y trouver et le familiariser avec le Véritable Parcours pour découvrir les Authentiques Trésors Intérieurs jusqu’à la si recherchée Essence Très Subtile de la Vie qui Anime Tout. Ainsi, le Pratiquant du Yoga est celui qui se connaît le mieux et est le seul responsable de la sobriété de sa pratique, de sa Santé et de son bien être, devant compter constamment sur son Professeur direct et solliciter immédiatement une orientation extra quand il en a besoin.

Le Yoga n’est pas seulement Prophylactique – il Promeut la Santé et le Bien-être et Exponentie le Développement Personnel et l’Intégration totale


6. MACRO CLASSIFICATION DES ĀSHRAMA – Ās

Il existe deux types d’Āshrama :
Type 1 : Shesha Āshrama – avec habitation ;
Type 2 : Samādhi Āshrama – sans habitation.
 


7. CE QU’UN ĀSHRAMA N’EST PAS – NI NE DEVRA ÊTRE

Ce n’est pas gymnase, pas un lieu de divination, ni une salle de musculation équipée d’appareils mécaniques, sans âme, sans proportion humaine (et même si l’on y annonce des maîtres magiques, de fait, les véritables Maîtres n’entrent jamais dans ces lieux, fréquentant exclusivement les Āshrama). Enfin, ce n’est pas non plus un lieu où l’on écoute des musiques assourdissantes et déséquilibrantes.

SAMĀDHI QUI ILLUMINE